TAPS Scala
Surtitré

ich wàrt uf de theo / En attendant Théo

De Pierre Kretz
  • Mise en scène : Olivier Chapelet
  • Compagnie OC&CO
Du mer 06 novembre au jeu 07 novembre 2024

Dates

mercredi 06 novembre 19h00 jeudi 07 novembre 19h00
  • Dates


    mercredi 06 novembre 19h00

    jeudi 07 novembre 19h00 - Après-coup

  • Public

    Dès 15 ans

  • Durée

    1h00

  • Ticket

    Abonnements : de 7 à 11€ la place
    Billets à l'unité :
    Plein tarif : 18 €
    Tarif réduit : 13 €
    Jeune - de 15 ans,
    demandeur d’emploi : 6 €

    Plus de tarifs

  • Salle

    TAPS Scala
    96 Rte du Polygone
    67100 Strasbourg

MAIS QUAND DANS LA VIE ON VEUT FAIRE DEUX FOIS LA MÊME CHOSE ÇA NE MARCHE JAMAIS.

« Des fois il arrive Théo et demande, avant même de dire salut « T’as lu mon sms ? « . « Non, tu crois que je vais mettre mes lunettes toutes les cinq minutes pour voir si tu m’as envoyé un sms. Pas la peine de perdre du temps pour m’écrire un sms que tu arrives. Tu viens et fini. » Et tout ça je lui dis en français. Alors il me dit que mon téléphone fait brrr quand il m’envoie un sms. Alors je lui dis : « Mais tu sais donc que ma machine dans l’oreille se dérègle toujours. Tu viens et fini. »

 

 

Assis sur le banc devant le Sup’rU, le vieux Sepp remonte le fil de son passé : sa jeunesse avec son meilleur ami tombé en Algérie, la rencontre avec son épouse décédée il y a bien longtemps, l’enfance de son neveu qu’il aimait comme un fils et le fit se lancer dans une rocambolesque tentative de séduction via un site de rencontre… Du comique au tragique, dans cet entre-deux qui caractérise la joyeuse écriture de l’auteur, il égrène ses souvenirs en attendant Théo, son petit neveu, le seul être cher que la vie lui a laissé.

 

Après les tribulations de la beesi Frau Thérèse, Pierre Kretz, Olivier Chapelet et Francis Freyburger tirent le portrait d’un autre villageois. Autre destinée silencieuse ravivant ses zones grises et ses myriades de couleurs sous le pinceau complice de l’artiste Christophe Wehrung qui peint les paysages d’une existence simple, car la vie ordinaire c’est ce qui reste quand tout fout le camp.

Distribution

Avec Francis Freyburger

 

Scénographie Emmanuelle Bischoff Création lumière Stéphane Wolffer Musique et paysage sonore Olivier Fuchs Création vidéo Philippe Lux Costume Mechthild Freyburger Peinture Christophe Wehrung Régie lumière Camille Flavignard Régie générale et régie son Jérôme Rivelaygue Administration de production Alexia Hagenmuller


Coproduction Ville de Strasbourg Soutiens Région Grand Est, Collectivité Européenne d’Alsace, Spedidam